La méditation et le fauteur de trouble

La méditation est une nécessité de l’expérience humaine tout comme étudier, travailler, avoir des enfants, etc. À un certain moment, la vie oblige l’individu à s’arrêter et à se demander quel est le sens de la vie, de ma vie… Certains fuient la question, d’autres sombrent dans toutes sortes de fuites et de dépendances. Quand on y fait face, la méditation peut apporter certaines réponses, mais surtout, nous apaise.

Après 3 ans de méditation régulière, il m’apparaît clairement que l’une des grandes entraves au bien-être, c’est de s’identifier totalement à chacune des pensées et à chacun des événements qui nous arrivent. On s’identifie à la critique que l’on vient de nous dire, on se juge comme un déprimé parce qu’on l’est aujourd’hui, on se traite de nul car on est inefficace aujourd’hui, etc. Pourtant, pourtant, le lendemain ou la semaine suivante, on va bien, la vie est belle : notre conjoint est attentionné, on est efficace au travail, on me félicite… On s’imagine que tout est réglé, la vie nous comble enfin, mais…Tout passe tout le temps. Le positif comme le négatif. La méditation nous connecte à notre véritable être, nous amène à décrocher du mental, à dépasser notre ego, à accepter l’impermanence et le néant. On en arrive peu à peu à accueillir la Vie dans toute son imperfection et sa splendeur. Et étrangement, il semble se mettre en place beaucoup plus de positif dans notre vie.

Une rupture, une dispute, un échec nous arrive et nous voilà anéantis. Complètement. Comme si l’événement représentait toute notre vie. Tout s’effondre alors que toutes les autres sphères de notre vie sont toujours les mêmes : amis, famille, travail. L’événement négatif prend toute la place, on le rumine, on crie à l’injustice, on le tourne et le retourne dans notre tête. Et tout ce qui allait bien n’a plus aucune importance ; quelle absurdité! On résiste. On n’accepte pas l’impermanence. On accroche sur UN événement. On se braque. La méditation nous amène à prendre conscience du mental, ce fauteur de trouble. Méditer nous amène à Être dans la continuité, de ne pas s’identifier à chaque événement, d’accepter la vie comme elle se présente. Le malheur devient ainsi supportable. La vie tellement plus facile. En ruminant moins, les choses se règlent souvent par elles-mêmes.

L’absolu n’existe pas. La vie est un va et vient incessant. Tout peut nous être enlevé. Tout peut nous être redonné. Et elle nous réserve parfois de ces surprises dont on ne soupçonnait même pas l’existence. Comme ce bien-être retrouvé grâce à la méditation. Mais le chemin est long avant que les bienfaits se fassent sentir ; au début, très subtils. Mais soyez attentifs et persévérez, c’est peu cher payer, 15-20 minutes par jour ! Et n’oubliez pas, le mental est un grand fauteur de trouble.

Discutons ici

SuperWebTricks Loading...